WosonosLondon_20127038b5-2

Je vous invite à participer le vendredi 16 mai, de 9h30 à 16h30, à une journée spéciale intitulée « Freelances, comment vous développer plus et mieux ? »

Une journée qui peut changer nos vies de freelance – non, je n’exagère à peine :)

Tout au long de cette journée, nous allons challenger ensemble nos vies de freelance afin d’ouvrir de nouvelles pistes de développement, concrètes et opérationnelles.

L’objectif de la journée est simple : inventer et explorer ensemble de nouveaux axes pour développer notre activité, gagner de nouveaux clients, nous sentir mieux dans votre vie de freelance, le tout dans le respect de nos envies et aspirations personnelles.

Pour nous aider à répondre à ce défi, nous utiliserons une méthode orientée vers le dialogue et les échanges entre les participants : l’Open Space Technology. C’est Arturo, un consultant freelance spécialiste de cette méthode, qui sera notre facilitateur tout au long de cette journée.

Bref, c’est un challenge enthousiasmant et excitant qui nous attend et que je vous propose de relever ensemble !

Eventbrite - Freelances, comment vous développer plus et mieux ?

chance_d_etre_freelance_vacance

Comme chaque semaine, Eric s’inspire de Je suis freelance.com pour ses dessins.

Si vous aimez les dessins d’Eric, retrouvez-le ici :
- http://www.mavieauboulot.fr/blog/
- http://www.approximationdepresse.fr/

Super soirée hier à la Citizen Box lors du dernier Café des Freelances !

C’était la première fois que je co-organisais un concert avec la Citizen Box, et je pense que si l’opportunité se représentait, je n’hésiterais pas à le refaire.

C’était vraiment sympa, l’énergie était palpable et les freelances qui étaient présents, étaient heureux de partager cette expérience qui nous change de nos Cafés traditionnels.

Si vous souhaitez être tenu au courant des prochains Cafés des Freelances, n’oubliez pas de vous inscrire ici > http://www.meetup.com/cafedesfreelances

wakal

 

J’ai lu un article dans le dernier numéro de Inc au sujet d’une entreprise qui, rassemblant ses 60 collaborateurs dans un même bureau, pensait qu’ils allaient mieux travailler ensemble.

Or, il n’en a rien été : les équipes collaboraient comme elles le faisaient avant, ni plus ni moins ; ce rapprochement géographique n’aura, au final, rien apporté en termes de nouvelles idées, de partage, de cohésion,…

Face à cette situation, l’entreprise a pris le taureau par les cornes. Un atelier d’improvisation a été organisé et proposé à quelques volontaires. La consigne était simple : lors des exercices, il fallait toujours répondre par « Oui, et… » L’idée était de démontrer que si on ne laisse pas les personnes exprimer leurs idées, le dialogue ne se fera jamais. En l’incitant à les exprimer, au contraire, on facilite les échanges, le partage,…

Si on applique ce principe à notre quotidien de freelance, on peut en tirer des enseignements. Quand un client émet une idée, par exemple, laissons-le s’exprimer, même si cela ne rentre pas dans le cadre du projet pour lequel on travaille.

Ne lui coupez pas tout de suite l’herbe sous les pieds par un « Oui, mais… » : mine de rien, l’idée ainsi émise peut devenir un nouveau projet, donc une nouvelle facturation, non ? Si cela arrive, proposez-lui une étude, une réflexion, un devis complémentaire,… Et rappelez-bien que cette idée est un autre projet, même si elle découle du premier projet.

Chaque jour, je fais un bilan de ma journée. Cela me prend quelques minutes.

Le but est double : voir si j’ai bien avancé et préparer ma journée du lendemain.

Pour faire le bilan, je liste les projets sur lesquels je travaille et qui ont besoin d’avancer. En fin de journée, je me pose la question de savoir si j’ai avancé et ce qu’il reste à faire. En listant les choses qui restent, je prépare ainsi ma journée du lendemain, si le projet le nécessite évidemment.

Pour ma journée du lendemain, je liste simplement les choses que je dois faire, par ordre d’importance, de façon à faire en priorité les 3 ou 4 choses que je dois absolument traiter. Le reste, je le fais si j’ai le temps. Sinon, j’essaie toujours de caser dans mon agenda du lendemain un projet personnel. Il m’arrive de le zapper, clients obligent, mais le fait de le prévoir maximise les chances que j’y consacre un peu de temps dans ma semaine.

Enfin, une des choses que j’ai pris l’habitude de faire chaque jour, consiste à identifier un bon moment de ma journée, professionnellement parlant. Un client satisfait, une idée, un email reçu ou un nouveau projet qui se profile à l’horizon,… C’est une façon de terminer la journée sur une note agréable, positive, qui donne le sourire,…

Et vous ?

Une fois n’est pas coutume, le Café des Freelances se transforme… en concert !

Jeudi 17 avril, je vous propose de nous rejoindre à l’espace de coworking Citizen Box pour assister à un concert de Wakal, un artiste électro latino !

Ca va être super sympa et ça sera l’occasion de nous retrouver dans un cadre et un contexte un peu différents !

Pour vous inscrire > http://www.meetup.com/lecafedesfreelances/events/175503712/

Venez accompagné(e) !

… il y a de fortes chances que le deal ne se fera pas.

Attention, je peux me tromper, et même je me le souhaite d’une certaine façon, mais à titre personnel, j’ai rarement travaillé avec un potentiel client dont la conversation a immédiatement embrayé sur mes tarifs.

S’il veut savoir combien je coûte, c’est qu’il est uniquement intéressé par mes tarifs.

Rien de plus.

Généralement, quand cela arrive, je multiplie par 2 mes prix. Un coup de bluffe. Généralement, ça le refroidit… et ce client s’en va aussi vite qu’il était arrivé. Parfois, il reste mais c’est très, très rare.

Et s’il reste, malgré ça ? Eh bien, je prends le budget et fais le boulot, ou je le soustraite. Mais là encore, c’est excessivement rare – généralement, il m’aura dit à l’annonce de mes tarifs qu’il revenait vers moi ou que pour des raisons de budget, on ne pourra pas travailler ensemble, ce qu’il regrette, bla bla bla.

Aujourd’hui, voici dernier aspect du business plan pour les freelances : les clients.

Aujourd’hui, qui sont vos clients ?

Aimez-vous travailler avec eux ?

Si vous pouviez en changer, lesquels disparaîtraient, lesquels les remplaceraient ?

Combien de temps travaillez-vous pour chacun d’entre eux ? Est-ce justifié par rapport à ce qu’ils vous paient ? N’y-a-t-il pas certains clients qui monopolisent trop de temps par rapport au montant du projet ?

Posez-vous ces questions de façon à identifier le type de clients avec qui vous aimez travailler et le temps passé sur vos projets.

L’idée : travailler sur des projets payés selon le temps passé, pour des clients avec qui on aime travailler. 

Vous allez me dire qu’on peut toujours rêver, qu’il faut parfois composer, etc ; je vous répondrais que oui, c’est clair :), mais on peut avoir ce type d’objectifs pour ses clients, non ?

Il n’y a aucune fatalité à travailler avec des clients chiants qui vous paient des miettes. Dans ce cas, soit vous l’acceptez, soit vous faites quelque chose. Personnellement, je préfère me placer dans la seconde catégorie.

Capture d'écran 2014-03-27 16.36.43

La semaine prochaine, lundi 31 mars à 19h30, je vous donne rendez-vous sur Twitter pour un tchat autour du freelancing, ses hauts, ses bas, les problèmes que nous rencontrons, nos clients,…

Bref, un tchat pour les freelances, avec des freelances ;)

Comment ça marche ? 
1. Vous vous connectez sur Twitter
2. Vous recherchez mon compte @blog_communaute ou en tapant mon nom Dominique Dufour
3. Participez à nos débats en utilisant le hashtag #jesuisfreelance

Et c’est tout :)

Rendez-vous lundi 31 mars, à partir de 19h30 !

Comment allez-vous vous développer ?  

Cette question est très importante à faire figurer dans votre Business plan. Elle va conditionner votre stratégie et les actions que vous allez mener pour atteindre cet objectif.

Concrètement, comment allez-vous prospecter, auprès de qui, et avec quels outils : newsletter, emailing, téléphone, réseaux,… ? Et pour quels objectifs : combien de nouveaux clients par mois / trimestre / semestre ?

Mon conseil : définissez des objectifs réalistes, quitte à les rehausser au fur et à mesure. Rien de pire, en effet, que de placer la barre trop haut… On risque d’être frustré inutilement et de se poser des questions sur l’efficacité de nos actions.

Le développement passe aussi par votre propre développement : avez-vous prévu de vous former cette année ? Acquérir de nouvelles compétences en communication, en marketing, pour mieux vous vendre ou utiliser les réseaux sociaux ?

Pensez aussi à vos projets personnels : c’est un bon moyen de montrer votre talent au naturel, sans la  pression d’un client,…